Chéri[e] j'ai réduit les déchets

Zéro déchet : de la théorie à la pratique

Ça y est ! Vous avez décidé de changer vos habitudes, et d’adopter un mode de vie éco-responsable ? Vous souhaitez tendre vers le zéro déchet, mais vous ne savez pas par où commencer ? Pas de soucis ! Les Bouberglin vous ont préparé une liste de 12 gestes concrets qui vous aideront à atteindre vos objectifs de réduction des déchets.

Tout d’abord, une petite nuance : l’idée du zéro déchet, c’est de TENDRE vers la réduction des déchets et développer des réflexes de consommation durable et des pratiques soucieuses de l’environnement. Chacun établit ses propres règles, fait ses propres choix et intègre les bonnes habitudes à son rythme et guidé par ses valeurs. Le plus important, c’est de comprendre l’impact que notre pouvoir d’achat a sur l’environnement et d’agir en conséquence.

Avant de commencer, on doit se rappeler les 5 principes de base:

           Refuser (ce dont nous n’avons pas besoin);

           Réduire (ce dont nous avons besoin);

           Réutiliser (ce que nous consommons);

           Recycler (ce que nous ne pouvons ni refuser, ni réduire, ni réutiliser);

           Composter (le reste).

Théoriquement, ces 5 règles, exécutées dans cet ordre, créent un effet d’entonnoir menant au    « zéro déchet ». Idéalement, on aimerait que la dernière étape soit de composter, mais forcément, il y aura toujours un déchet ou deux (souvent des morceaux de plastiques) pour nous rappeler que la poubelle existe ! Pas de soucis. L’important, c’est de semer une graine, d’activer un transformation dans son foyer et ne pas se mettre trop de pression. Il faut y aller, un jour à la fois, un geste à la fois, un déchet à la fois.

Mais concrètement, par où commencer ?

 

Refuser

1. Refuser les sacs de plastiques et utiliser des sacs réutilisables. Une bonne fois pour toute, il faut régler cette habitude les amis. Des sacs réutilisables, on en trouve des petits qui se glissent facilement dans une poche de manteau, un sac à main, un sac à dos ; il faut en posséder plusieurs et les laisser traîner partout (à la maison, dans l’auto) donc plus d’excuses arrivé à la caisse, vous avez vos sacs réutilisables sous la main ! Et pas seulement à l’épicerie : à la pharmacie, au marché, dans une boutique de vêtements, à la bibliothèque ; ils doivent vous suivre partout ! Une course imprévue et vous n’avez pas votre sac ? Transportez les articles dans vos bras ; cela vous donnera une leçon pour la prochaine fois !

Refusez les sacs de plastique pour fruits/légumes des supermarchés: utilisez des sacs en filet réutilisables

2. Refuser l’utilisation d’articles à usage unique et remplacer par du durable. Dites adieu aux essuie-tout, pellicules plastiques, pailles, serviettes jetables, ustensiles de plastique, bouteilles d’eau en plastique, cotons-tiges, tampons, cotons démaquillants, etc. C’est mignon la paille colorée et le petit parapluie dans votre cocktail, mais ce n’est pas absolument nécessaire. À éviter ! Remplacer le jetable par du durable: gourde en inox, paille en inox, couverts en inox, coton démaquillants en tissu, bocaux en verre, serviettes de table en tissu, torchons à vaisselle, emballages alimentaires en coton ciré, etc. Il existe une solution alternative à tout ce qui est jetable ! Il suffit de traîner sur soi un petit kit de survie et le tour est joué.

 

3. Refuser les emballages non recyclables. Le plastique, ennemi numéro un du zéro déchet. Bien que plusieurs plastiques se «recyclent» (en fait ils se décyclent, c’est à dire qu’il seront transformés en plastiques de moindre valeur), vaut mieux privilégier l’achat en vrac et le fait maison, et si ce n’est pas possible, il est préférable d’opter pour des emballages de carton ou de verre (ex : boîtes de pâtes en carton plutôt qu’en plastique, lait consigné ou emballé avec du carton, plutôt que du plastique). Au marché, pour éviter les barquettes en polystyrène, achetez fromages, viandes et poissons à la coupe dans des bocaux en verre. Lorsque le plastique ne peut être évité, optez pour des achats en grand format, pour échapper aux emballages de yogourts et de fromages en formats individuels. Dans la salle de bain, pour éviter de jeter des bouteilles de plastique après utilisation, vaut mieux opter pour un savon en pain et un shampoing/revitalisant solide ou en vrac.

Refusez les barquettes de polystyrène et les pellicules de plastique: apportez des plats au comptoir des charcuteries, chez le boucher, le poissonnier.

4. Refuser les circulaires et autres imprimés publicitaires. Un individu vous offre un dépliant dans le métro ? Refusez. Vous avez été informé ? Pourquoi le garder ! Non seulement il faut refuser ces imprimés publicitaires dans la rue, mais aussi à la maison avec un autocollant « stop pub » installé sur la boîte à lettre. Vous n’avez pas besoin de toutes ces publicités de pizzeria, ces circulaires de quincaillerie, ces offres promotionnelles. C’est du gaspillage de papier. Si les entreprises persistent à vous envoyer des imprimés publicitaires, écrivez aux compagnies ou appelez-les pour leur expliquer votre point de vue. Demandez à votre banque de vous envoyer des relevés électroniques, à votre compagnie de cellulaire de vous envoyer des factures électroniques. À l’aire des technologies, nous sommes aptes à vérifier l’information par internet, pas besoin de circulaires ou de reçus papier. Préservons nos ressources, et sauvons quelques arbres !

 

5. Refuser les échantillons gratuits, cadeaux promotionnels. Avez-vous vraiment besoin d’un stylo promotionnel de plus ? D’essayer les nouvelles sortent de pop-tarts à l’épicerie?  De tester un échantillon de parfum à la pharmacie? Pas vraiment. Tout ça, c’est de la tentation, du marketing pour vous inciter à consommer plus, à surconsommer. Il est plutôt rare qu’on nous fasse essayer une nouvelle sorte de légumes, étrange non ? Non seulement on nous pousse à acheter, mais de plus, la majorité du temps, on nous offre un produit transformé, saturé d’ingrédients non prononçables, probablement nocifs pour la santé. Quand c’est gratuit, c’est qu’il y a toujours une intention derrière : vendre un produit. Vous n’avez qu’à dire : je refuse, non merci !

 

Réduire

 

6. Réduire la quantité d’objets que nous possédons et emprunter ou louer ce qui nous manque. Arrêtons de consommer sans réfléchir aux impacts écologiques, sans penser au gaspillage de ressources. Arrêtons de se créer des besoins. On vit mieux, avec moins. On est « responsable » de moins d’objets, donc moins de réparations, moins de stress inutile, moins d’items à remplacer. Des objets inutiles ou à durée de vie limitée, en as-tu vraiment besoin ? Pourquoi s’encombrer d’un tas de gadget de cuisine inutiles quand quelques bons outils de base peuvent suffirent? Pourquoi garnir la bibliothèque d’un tas de bouquins qu’on ne relira jamais, au lieu de tout simplement les louer à la bibliothèque ? Pourquoi accumuler tout un tas d’équipements sportifs ou de camping dans le garage, alors qu’on pourrait simplement louer le nécessaire pour les deux ou trois sorties annuelles ?

 

7. Réduire le nombre d’items de sa garde-robe et choisir des vêtements éco-responsables. Si vous êtes constamment en train d’acheter des objets pour organiser vos vêtements (tablettes, meubles de rangements, crochets) c’est signe qu’il faut réduire la quantité de vêtements que vous possédez. Sans devenir minimaliste du jour au lendemain, il est possible de changer ses habitudes de consommation graduellement. Arrêter de faire du « magasinage » son passe-temps ; arrêter d’acheter des vêtements durant une période x de temps ; faire des séances de désencombrement et garder les vêtements de bonne qualité, qui vous font bien, et vous rendent heureux ; adopter une garde-robe capsule ; choisir des fibres naturelles (lin, coton, chanvre) ; limiter son utilisation de vêtements contenant du plastique (polyester) ou privilégier les vêtements faits à partir de matières recyclés, ne sont que quelques pistes pour vous guider à faire des choix éco-responsables.

Réduisez le nombre de produits sous l’évier: préparez vos propres produits ménagers avec des ingrédients de base économiques et écologiques

8. Réduire le nombre de produits ménagers et d’hygiène. À quel moment a-t-on accepté qu’un produit ultra nocif pour l’environnement serait plus efficace qu’un produit naturel? Un savon est un savon. Pas besoin d’un produit/crème/savon différent pour chaque partie de votre corps. Pas besoin d’un produit différent pour chaque pièce de la maison ou chaque tâche ménagère à accomplir. Avec les bons ingrédients de bases (vinaigre, bicarbonate, savon noir ou de Marseille, huiles essentielles) vous serez capable de créer des produits économiques et efficaces pour nettoyer votre maison de fond en comble. Pour les produits d’hygiènes, si vous n’aimez pas les faire vous même, il existe des tas d’artisans qui font des savons doux, locaux et gentils avec l’environnement. Vous n’avez pas besoin de vous encombrer de toutes ces bouteilles de plastiques sous l’évier.

 

Réutiliser

 

9. Réutiliser les objets d’autrui pour leur offrir une seconde vie. Vous faites une séance de désencombrement dans votre appartement ? Donnez ou troquez. Faites des échanges entre familles. Il y aura toujours quelqu’un qui aura besoin de cette lampe, de cette table, de cet ensemble de vaisselle. Vous avez besoin d’un fauteuil, d’un mélangeur ou d’un appareil électronique ? Développez le réflexe de vérifier les sites internet de troc ou annonces kijiji avant d’acheter des objets neufs. Achetez dans les bazars, les marchés aux puces. Vous ferez des trouvailles fabuleuses à moindre prix, tout en faisant rouler l’économie des articles de seconde main.

 

10. Réutiliser les contenants et emballages. Soyez créatifs. Il existe des tonnes de solutions pour réutiliser des pots en verre, sacs de plastique et autres emballages, avant de les enfouir dans les dépotoirs. Ne jeter plus les bocaux en verre de confiture, olives, compotes de pommes ou sauces pour pâtes. Lavez-les et réutilisez-les pour stocker des restes alimentaires, des aliments achetés en vrac ou emporter son lunch au travail. Une cagette de clémentine pourra servir de rangement, une boîte à souliers de séparateurs pour les sous-vêtements, ou une boîte en métal de plat à congélation pour les muffins. Redonnez vie aux textiles : vos vieux bas troués feront d’excellentes guenilles d’entretien pour le vélo, des vieux draps deviendront des sacs à vrac, etc. Les ressources de la planète sont précieuses, c’est notre responsabilité de les préserver.

Réutiliser des cagettes de clémentines: créez du rangement dans vos placards

Recycler

 

11. Recyclez de manière responsable et débarrassez-vous de vos objets écologiquement. On jette banalement au recyclage des items, sans vraiment se questionner. Mais est-ce VRAIMENT recyclable ? Pour le savoir, il suffit de s’informer. Des tas d’outils sur le web traitent du sujet. Mais le meilleur moyen de connaître quelles matières sont recyclables dans votre quartier, est de vérifier auprès de votre municipalité pour obtenir la liste détaillée, car chaque territoire est lié à un centre de tri différent, alors les règles ne sont pas toujours les mêmes d’une municipalité à l’autre. Il faut aussi apprendre à se départir de manière responsable des objets qui ne vont pas au recyclage municipal, mais qui toutefois se recyclent dans des points de chutes spécifiques : piles, crayons, livres, appareils électroniques, textiles, ampoules, lunettes, médicaments, etc. N’hésitez pas à consulter notre répertoire à ce sujet afin d’éviter le dépotoir à ces objets. Et finalement, vous pouvez « recycler » des aliments avant de les mettre au compostage: fannes de carottes, pieds de céleris, épluchures de pommes de terre, têtes de poireaux feront un excellent bouillon de légume pour agrémenter vos recettes et éviter le gaspillage alimentaire.


Composter

 

12. Installer un bac à compost dans votre foyer. Vous voulez réduire la taille de vos poubelles rapidement ? Le meilleur moyen pour obtenir des résultats est de faire du compostage. Dans une cuisine «normale», 40% des déchets que l’on retrouve dans une poubelle sont des matières organiques. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les matières organiques dans les dépotoirs ne sont pas une bonne chose. En se décomposant, elles produisent des gaz à effet de serre et des liquides très polluants pour la planète. En général, les matières organiques nuisent à la décomposition des autres matières. Vous n’avez pas d’espace pour installer du compost à la maison ? Le vermicompostage est peut-être votre solution. Autrement, vérifier dans votre secteur, un jardin communautaire sera probablement très heureux de recueillir vos matières organiques pour les revaloriser en terreau fertile aussi appelé « or noir » !

 

Consommer de façon durable et responsable

Finalement, cette théorie est très simple à adopter au quotidien. Il faut seulement développer des bons réflexes de consommateur. Acheter des objets durables et privilégier les matières organiques ou recyclables (coton, bois, métal, bref éviter le plastique). Aller au bout de nos ressources avant de les jeter. Tout geste a une conséquence sur notre environnement, quand on y pense vraiment, chaque action que l’on pose peut avoir une incidence positive. Il suffit d’un changement, pour en entraîner un autre, et puis un autre, et vous voilà parti dans la bonne direction.

Et vous, quel a été (ou sera!) votre premier geste concret vers la réduction des déchets?

3 thoughts on “Zéro déchet : de la théorie à la pratique

  1. Francine

    J’ai entendu le terme zéro-déchet avant de déménager dans mon nouveau quartier…et ça m’a titillée… alors depuis 5 mois je n’ai PLUS de poubelles ici dans ma cuisine… mes deux choix : compost ou recyclage… ma visite cherche ma poubelle sous l’évier… je n’en ai pas… et je crois qu’elle réalise que ce qu’elle a dans les mains est compostable ou… recyclable… c’est merveilleux… je suis libérée de sortir mes poubelles et je contribue à une vie zéro-déchet… là, il faut que j’aille me trouver des sacs de filets pour mon épicerie…
    Merci pour le blog !

  2. Danielle Laurin

    Bonsoir,

    J’arrive de votre présentation à la municipalité de Lac Supérieur, bravo à vous 2, vous êtes très dynamique et surtout très intéressant, votre passion est contagieuse.

    J’aimerai savoir le nom du site pour obtenir les produits comme votre tampon récurant pour la cuisine. J’ai oublié de vous le demandez et je ne l’ai pas pris en note.

    Merci beaucoup,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *