Chéri[e] j'ai réduit les déchets

Le circuit des Bouberglin

Monsieur Bouberglin fait l’épicerie

Un jour alors que je fais les courses de fruits et légumes, je me rends compte que je me fais observer par un dude nowhere. Y’avait l’air louche! Je le garde à l’oeil subtilement : il me frôle près des tomates, et je l’esquive vers les salades. Je fini ma ronde vers les champignons et là, BANG! Je suis acculé dans le coin, entre les shitakes et les pois mange-tout, quand soudain il va d’un saut en me questionant :
MONSIEUR LOUCHE : « Oussé que vous avez pris vos sacs?!?!? Ça m’intéressssseeeeeeee! »

MONSIEUR BOUGERGLIN: «Euuu, allo, euh ah! bin mes sacs en filet, j’les ai pris sur les internets là…!»
(Ps: en écrivant ceci on se marre comme des cons : j’espère que vous aussi!)


Faire une épicerie zéro déchet sur la rive-sud, et plus particulièrement à Longueuil, comporte son lot de défis. Il faut creuser un peu plus loin et être débrouillards, car il n’existe malheureusement pas encore beaucoup d’épiceries en vrac comme celles de Montréal. Pourtant, ce n’est pas impossible de faire ses courses en vrac en dehors de l’île. Il suffit d’un peu de recherches, de préparation et d’essais-erreurs. Il faut être patients, car la manière de faire les courses ne change pas du jour au lendemain, mais bien progressivement. Graduellement, nous avons trouvé des solutions alternatives pour trouver ces aliments à proximité, et sans déchets.

Ail du Québec acheté directement chez un producteur local. Les prix et la qualité sont imbattables!

Voici une liste des commerces que nous fréquentons actuellement:

Note: Les liens vous dirigeront sur google map, si jamais vous ne connaissez pas l’emplacement de ces commerces.

  • Fruiterie 440 –  fruits et légumes dans nos filets et charcuteries (viandes froides, fromages à la coupe, olives) dans nos plats. Nos sacs à filet font vraiment un HIT, autant chez les caissières, que chez les nombreux clients qui nous questionnent sur la provenance des dits filets (fréquence: 1 fois par semaine)
  • Épicerie régulière (IGA)  nous avons établi une règle chez nous; les aliments provenant des épiceries doivent être emballés dans des matières recyclable (cartons de lait, yogourts, fromage ricotta, etc). Éventuellement nous aimerions trouver des alternatives pour ces produits, mais les options sont encore limitées dans notre ville. (fréquence: 1 fois par semaine)
  • Lemieux – boutique spécialisée pour les produits ménagers, produits d’hygiènes et savons de toute sorte et même du papier de toilette; apportez vos contenants! (fréquence: 1 fois par 3 mois)
  • NousRire – pour tous les aliments complets en vrac comme les légumineuses, riz, pâtes alimentaires, fruits séchés, noix, mais aussi des huiles, du miel, du sirop d’érable, etc. (fréquence: 1 fois par 2 mois)
  • Boulangerie Première Moisson – Monsieur Bouberglin fait lui-même notre pain à la maison, mais nous allons à la boulangerie à l’occasion; pour des baguettes, croissants et autres viennoiseries. (fréquence: occasionnellement)
  • Ô Bokal – nous faisons à l’occasion un détour dans ce commerce de Saint-Basile, pour le vinaigre, le bicarbonate de soude et autres ingrédients précis que nous cherchons sans emballage. Le commerce est super, seulement, ce n’est pas vraiment sur notre circuit. (fréquence: occasionnellement)
  • Boucherie El-Ihcene – nous allons à l’occasion au boucher en face de la place Jacques-Cartier et ils acceptent de nous servir les merguez dans nos plats. (fréquence: occasionnellement)
  • Marché public de Longueuil – l’été, nous y allons à vélo pour acheter des petits fruits (framboises, bleuets, fraises) et légumes de saison et encourager les agriculteurs locaux. Dans le temps de récoltes, nous y faisons provisions de tomates italiennes, concombres pour les conserves. Il y a également une poissonnerie où nous tentons souvent nos plats! (fréquence: occasionnellement)
  • Bulk Barn – les achats au bulk barn sont limités à des savons sans emballage (seulement un petit autocollant), les épices, et des arachides au miel pour notre beurre d’arachides maison. D’autres produits sont intéressants, mais ce commerce n’accepte pas encore les sacs à vrac. Il y a actuellement un projet pilote dans certaines succursales, mais le personnel ne tolère pas encore que nous apportions nos plats et sacs à vrac à celui de Longueuil. Pour l’instant, on réutilise leurs sacs de plastiques ou on essaie parfois nos sacs en tissu, lorsque l’on tombe sur un commis sympathique. (fréquence: occasionnellement)
  • Costco – ce magasin est un peu anti-zéro-déchet, les aliments y sont ultra-emballés, donc très loin de notre philosophie zéro déchet. Par contre pour certains produits, il est imbattable niveau prix (l’essence, entre autre). Puisque l’on fait nos pains maison, notre pâte à pizza, gâteaux, muffins etc. il est indispensable pour nous d’avoir de grosses quantités de farine. Costco est là pour ça, et l’emballage est en papier recyclable. Il y a également beaucoup de produits bios abordables et en grande quantité (miel, poulet, poissons, conserves, oeufs). Nous choisissons nos produits méticuleusement, et tentons de respecter la même règle qu’à l’épicerie: les aliments doivent être emballés dans des matières recyclables. On ressort généralement avec moins de 10 articles dans nos bras. Éventuellement on aimerait ne plus y aller tout simplement. (fréquence: 1 fois par mois)

Merguez achetées à la boucherie El-Ihcene, servies directement dans notre plat!

En résumé, nous avons en moyenne que deux arrêts par semaine pour faire notre épicerie, et le reste des courses se fait occasionnellement, donc on passe moins de temps qu’avant à faire cette corvée. Quand on achète en vrac, on achète souvent des grandes quantités pour économiser, et ça dure longtemps.

Les gens pensent souvent que ça prend plus de temps faire ses courses en mode zéro déchet, car il faut faire plusieurs commerces, mais c’est tout le contraire! Lorsque Monsieur Bouberglin part faire les courses (car oui, ici c’est Monsieur Bouberglin qui s’acquitte de cette tâche), nous avons préalablement fait un menu de la semaine et dressé la liste exacte de ce dont nous avons besoin. Nous passons 10 à 15 minutes dans le commerce. Fini la perte de temps à parcourir toutes les allées pour trouver de l’inspiration.

Madame Bouberglin a créé un système pour noter le menu de la semaine au crayon effaçable. On y inscrit aussi les recettes à effectuer (pain, hummus, boules énergie) et la liste des courses. Une petite photo de la liste avant de partir, et hop on est prêts!

Notre trousse de survie ZD pour l’épicerie!

1. Sac à baguettes  Dans le Sac (1x): une taie d’oreiller fait bien l’affaire aussi;

2. Plats en verre de différents formats, à large ouverture (2x): pratique pour les merguez, viandes froides de la charcuterie, fromages à la coupe, etc;

3. Sacs d’épicerie réutilisables (3x): pour éliminer les abominables sacs de plastiques;

4. Pots masson de différents formats (2x): nous les utilisons pour les liquides (miel, sirop d’érable, vinaigre) et les farines – car c’est très volatile – et pour les huiles nous faisons un remplissage avec les bouteilles d’origine (préalablement nettoyées);

5. Sacs de coton* petits (2x) et grands formats (3x): idéal pour le riz, le quinoa, les légumineuses, les pâtes alimentaires (comme ils sont légers, c’est plus pratique qu’avec les pots masson);

6. Sacs en filet de coton* petits (2x) et grands formats (3x): pour les fruits et les légumes! Les gros fruits/légumes se mettent directement dans le panier!

* Les sacs de vrac peuvent être fabriqués à la main. Des idées inspirantes se trouvent très facilement sur le web et même des patrons pour les confectionner soi-même! Autrement, beaucoup d’artisans québécois confectionnent de jolis sacs à vrac, vous pouvez en trouver par exemple sur Etsy. Pour notre part, nous avons adopté les sacs de l’entreprise québécoise CREDO BAGS car ils sont en coton biologique et fabriqués ici à Montréal chez Petites-Mains, un organisme qui favorise l’insertion social et professionnel des femmes immigrantes, monoparentales ou sans-emploi. De quoi être éco-responsable tout en encourageant à la fois l’économie locale et sociale ainsi que la production du commerce équitable.

Êtes-vous prêt à tenter l’expérience des courses zéro déchet?